Le crédit à la consommation est une réserve d’argent mise à la disposition d’un particulier par un organisme de crédit. Il se renouvelle à chaque fois que l’emprunteur effectue un remboursement et s’ajuste aux différents besoins de celui-ci.

Crédit à la consommation : l’emprunteur est protégé par le droit de la consommation

Le prêt dont on fait référence ici concerne les crédits affectés à l’acquisition d’un service ou d’un bien, les crédits gratuits, les découverts bancaires, les crédits revolving, les locations avec option achat ou encore les locations-ventes. Il existe des produits qui ne sont pas inclus dans ce qu’on appelle un crédit à la consommation, dont les emprunts de plus de 75 000 euros, les emprunts qui durent mois de trois mois, les emprunts à usage professionnel, les crédits immobiliers et les emprunts nécessitant un acte notarié.

Lorsque le crédit à la consommation concerné permet aux bénéficiaires de disposer des fonds alloués de manière fractionnée, une carte de crédit est mise à la disposition. Sur ladite carte, une mention indiquant qu’il s’agit d’une carte de crédit doit être visible. Il est bon de savoir que le code de la consommation protège l’emprunteur et sa caution pour les prêts affectés ou non affectés ainsi que pour les locations-ventes ou locations avec option d’achat.

Depuis le 1er mai 2011, le dispositif  Lagarde a modifié certains termes afférents au crédit à la consommation. Ainsi, les consommateurs bénéficieront encore plus de protection. Si auparavant, les emprunteurs avaient un délai de rétractation de 7 jours, désormais ce délai est de 14 jours. Il est aussi possible pour eux de négocier un crédit à la consommation dont le plafond maximal est fixé à 75 000€. Sur la durée de remboursement, des modifications ont également été apportées. Par exemple, pour un prêt revolving de 3000 euros, le consommateur a 3 ans pour le rembourser. Si le montant dépasse les 3000 euros, il doit effectuer tous les remboursements en 5 ans.