Certes, le rachat de crédit apporte différents avantages. Cependant, ce dispositif renferme aussi des pièges qu’il convient de mettre à jour.

Rachat de crédit : avantages et inconvénients

Comme on le sait, le rachat de crédit permet de réduire les mensualités notamment grâce au rallongement de la période de remboursement. Or, cette pratique fait augmenter le coût global du prêt. En termes clairs, quand le paiement des mensualités se fait sur une longue période, l’emprunteur mettra davantage de temps à rembourser son CRD. Conséquence : les intérêts augmentent. Au cours d’un rachat de crédit, l’emprunteur doit également payer des indemnités de remboursement anticipé. De même, des frais de dossier et les frais hypothécaires augmentent le coût du rachat de crédit. À terme, le montant total qu’il faut payer pour l’emprunt explose.

Un autre problème lié à la restructuration de prêt concerne la lisibilité de l’offre. L’emprunteur parvient difficilement à faire une comparaison. Quoi qu’il en soit, il est toujours important de se focaliser sur le Taux Effectif Global ou TEG. Ce dernier englobe l’ensemble des frais afférents au prêt. Attention cependant, car il existe des organismes qui n’incluent pas les assurances dans le TEG. Il est indispensable de faire cette vérification avant de choisir une offre.

Il arrive de même que les établissements affichent des offres assorties à des taux variables. Sur le papier, la proposition semble intéressante, mais en réalité, c’est l’inverse. Comme les taux variables peuvent fluctuer en fonction de la situation du marché, ils ne peuvent pas être associés à un tableau d’amortissement où le Taux Effectif Global est précis.

Autre piège : l’emprunteur souhaitant souscrire à un rachat de crédit ne doit pas faire confiance à tous les courtiers qui se présentent à eux et qui proposent des offres attractives. Il est proscrit d’envoyer ses documents originaux tant que le demandeur n’a pas vérifié le sérieux de la société.